Ça y est : on dispose des statistiques de la rentrée dans les écoles bilingues breton français. En nombre d'élèves, c'est la plus forte augmentation depuis trois ans : 687 nouveaux élèves ont en effet rejoint l'un des trois réseaux de classes bilingues, ce qui représente une augmentation de 5,09 % du nombre des inscrits par rapport à la rentrée 2010. En septembre 2009 et 2010, l'augmentation des effectifs (en nombre) avait à chaque fois été plus faible que celle de l'année précédente.

Plus de 14 000 élèves
Le nombre total des élèves inscrits dans une classe bilingue dépasse pour la première fois les 14 000 élèves, puisqu'il s'élève àChateauneuf college 14 174 : il était de 13 487 à la rentrée 2010.

  • C'est dans l'enseignement public que la croissance est la plus forte : avec près de 6 000 élèves – très exactement 5 995 – l'augmentation est de 6,75 %.
  • L'enseignement privé catholique attire 4 651 élèves cette année dans ses classes bilingues : le taux de croissance est de 3,13 %.
  • Le réseau Diwan franchit le cap des 3 500 élèves : comme il en scolarise 3 528 depuis la dernière rentrée, cela représente une progression de 4,97 %.

Les trois académies
Le breton s'enseigne aujourd'hui dans 3 académies :

  • celle de Rennes
  • celle de Nantes
  • et celle de Paris.

Diwan Nantes-1Ce n'est évidemment pas une surprise : les effectifs les plus nombreux se situent dans l'académie de Rennes. Elle scolarise en effet 95,59 % des élèves bilingues, soit un total de 13 549. Ce dernier chiffre représente une augmentation de 4,80 % par rapport à 2010.
L'augmentation des effectifs est plus forte en pourcentage dans l'académie de Nantes, puisqu'elle est de 12,02 %. En tout, 578 élèves sont scolarisés en bilingue dans le département de Loire-Atlantique.
Dans l'académie de Paris, 47 élèves sont inscrits cette année dans le premier degré à Diwan, ce qui représente une augmentation de 9,30 %.
S'il existait une académie de Basse-Bretagne - comme l'avait rêvé il y a un certain temps le Professeur Yves Le Gallo - c'est là que se trouverait le plus grand nombre d'élèves apprenant et étudiant le breton. De fait, les élèves sont bien plus nombreux dans le Finistère qu'en Ille-et-Vilaine, quand on cumule primaire et secondaire :

  • Finistère : 6 356 élèves
  • Morbihan : 3 893
  • Côtes d'Armor : 2 259
  • Ille-et-Vilaine : 1 041.

La répartition par niveau d'enseignement
Le constat n'est pas nouveau : c'est dans le premier degré qu'il y a le plus d'élèves en breton, tous réseaux confondus.
Les effectifs de maternelle et primaire représentent en effet 83,63 % du total de ceux qui fréquentent une classe bilingue. Ils s'élèvent à 11 854 élèves.
Dans le second degré, le nombre d'élèves est de 2 320, ce qui équivaut à un taux de 16,38 % du total des élèves bilingues.
Le taux d'occupation des classes est sensiblement le même dans les trois réseaux, pour ce qui est du premier degré : il oscille entre 76 et 80 %. Pour le second degré, la moyenne interréseaux est beaucoup plus faible, puisqu'elle n'est que de 37,58 %. Cette moyenne cache de fortes disparités :

  • Dans les collèges et au lycée Diwan, le taux d'occupation des classes s'élève à 82,26 %
  • Il est de 27,50 % dans l'enseignement public.
  • Il est de 23,94 % dans l'enseignement privé catholique.

Dans le public comme dans le privé, il serait donc possible de scolariser bien plus d'élèves par classe en bilingue.

skol Goarem Goz 889L'entrée en 6e
D'après l'enquête que j'ai réalisée sur l'enseignement du et en breton, il n'y avait en 2009 dans le public et le privé que la moitié des élèves de CM2 bilingues qui poursuivaient en 6e dans la même filière, alors que les collèges Diwan attiraient plus que leur potentiel initial. Ce constat reste globalement valable, mais doit être nuancé pour la rentrée 2011.

  • Dans l'enseignement public, le taux de ceux qui continuent en bilingue en 6e passe de 54 % à 56 % à la dernière rentrée.
  • Dans le privé, le taux est en légère baisse: il est cette année de 47 %, par rapport à 51 % il y a deux ans.
  • À Diwan aussi, le taux est en baisse par rapport à 2009, puisqu'il passe de 109 % à 105 %. Le réseau associatif continue cependant d'attirer dans ses collèges plus d'élèves qu'il n'en a en CM2. C'est particulièrement vrai pour ceux de Plésidy et de Quimper.

Sur l'ensemble des trois réseaux bilingues, le taux de passage de CM2 en 6e évolue de 67 % il y a deux ans à 64 % cette année.

S'il est important d'ouvrir de nouveaux sites bilingues, il y a urgence à consolider le breton au collège et au lycée. C'est précisément ce que j'ai exposé sur France Bleu Armorique lundi dernier, lors du débat animé par Delphine Garnault sur l'enseignement du breton en Haute-Bretagne.