logos AULFCe colloque vise à poser la question de la standardisation en rapport avec l'un de ses enjeux principaux, celui de la vitalité des langues. Il va se dérouler la semaine prochaine sur trois jours à l’université de Picardie à Amiens, du 13 au 15 octobre (voir message du 19 décembre 2010).
La standardisation est très généralement présentée comme un attribut essentiel de toute langue nationale ou nationalitaire - toute langue dont un groupe fait un symbole identificatoire et politique. Mais c’est un processus multiforme. Par exemple, élaborer une graphie unifiée, mettre au point une version standard de la langue écrite, travailler à définir un usage oral fédérateur, sont des chantiers normatifs aux contraintes bien différentes. De plus, ces travaux ne sont pas un achèvement, puisque l'essentiel est d'installer le standard au cœur des pratiques - la standardisation est liée à la normalisation. Mais quels sont les rapports entre la vitalité des pratiques et la standardisation-normalisation ?
logo picard bPar ailleurs, nous voyons mettre en œuvre des politiques régionales, et même nationale, tantôt positives, tantôt négatives, en tout cas pleines de contradictions ; elles coexistent et parfois convergent avec une production et une vie culturelles plutôt riches, au moins dans certaines langues, et au total avec une présence continuée des langues de France dans le paysage.
La problématique du colloque est donc de savoir quel rôle joue le travail de standardisation par rapport aux efforts produits pour soutenir, voire revitaliser nos langues. La standardisation est-elle indispensable à la vitalité, utile, contre-productive, indifférente ? Que se passe-t-il à l'oral, en la matière ? Et l'écrit standard : à qui et à quoi exactement sert-il ? Comment définir sa réussite, et quelles sont les conditions de sa réussite ? Est-ce qu'il est utile à la vitalité de la langue ?

Une trentaine de communications sont annoncées au programme.
Plusieurs intervenants se déplacent de Bretagne :

  • Philippe Blanchet, professeur à l’Université de Rennes 2, s’interrogera sur les corrélations entre vitalité et standardisation des langues de France
  • Jean-Claude Le Ruyet (dont la récente thèse a beaucoup fait parler) traitera à propos de la langue bretonne de modernisation de la graphie vs vitalité linguistique
  • Erwan Hupel (doctorant à l’Université de Rennes 2) parlera de la recherche d’un nouveau paradigme linguistique par les rencontres intergénérationnelles : une tectonique des normes ?
  • Je note aussi la présence d’Anna Muradova, de l’Institut de recherches linguistiques de Moscou, qui est bretonnante et parlera de l’aspect psycholinguistique de l’enseignement des langues minoritaires.

logos Lesclap bLe colloque est coordonné par le Professeur Jean-Michel Eloy et organisé par l’Association Universitaire des langues de France, le Centre d’études picardes de l’Université d’Amiens et le LESCLAP, autrement dit le Laboratoire d’études sociolinguistiques sur les contacts de langues et la politique linguistique.
Le programme complet en pdf : Amiens_colloque_octobre_2011_programme
Site internet : http://www.u-picardie.fr/LESCLaP/