Harvard Celtic Colloquium 2

À Cambrige, sur la côte est des États-Unis, tout près de Boston, l'université Harvard est l'une des plus prestigieuses universités américaines, et aussi la plus riche. On sait mieux qu'il existe un département de langues et littératures celtiques en son sein depuis que deux événements ont fait l'objet de médiatisation :

  • En 2013, un accord a été signé entre ce dernier et le département de celtique de l'université de Rennes 2, suite à la visite de l'Américaine Catherine McKenna, deux ans plus tôt.
  • En 2015, c'est une forte délégation de cinq enseignants-chercheurs de Rennes 2 qui s'est rendue à Harvard pour y donner des cours de breton pendant toute une semaine et participer à des séminaires de recherche.

Littérature et linguistique

Les étudiants diplômés de ce département de Harvard ont l'habitude d'organiser chaque année à cette époque un "Celtic Colloquium", qui va avoir lieu cette semaine du vendredi 7 au dimanche 9 octobre. Il va falloir faire vite si vous voulez y assister. Ce sera la 36e édition, et le programme vient juste d'être diffusé.

La conférence inaugurale sera prononcée dès la veille du colloque par Jerry Hunter, professeur de gallois à l'université de Bangor, au Pays de Galles. Le thème : The Red Sword, the Sickle and the Author’s Revenge :Welsh Literature and Conflict in the Seventeenth Century [L'épée rouge, la faucille et la vengeance de l'auteur : littérature galloise et conflit au XVIIe siècle].

La plupart des communications vont traiter des littératures galloise et irlandaise anciennes, de linguistique et d'histoire aussi. Il sera cependant question

  • de la poésie féminine irlandaise aux XVIIIe et XIXe siècles,
  • des traductions de Robinson Crusoe en gallois,
  • des contacts entre le vieil anglais et les langues brittoniques,
  • de la métamorphose de l'aristocratie galloise des XVIe et XVIIe siècles en noblesse anglaise.

Je ne relève qu'une seule intervention ayant trait à la langue bretonne, apparemment la seule aussi qui se situe dans le champ de la sociolinguistique et de l'étude des parlers actuels : il s'agit de celle de Torsten Dörflinger (de l'université Johannes-Gutenberg de Mayence) et de sa collègue Alicia Klaissle, qui parleront de l'immersion linguistique en Bretagne, et plus particulièrement du rôle des écoles Diwan pour la revitalisation de la langue bretonne. La plupart des intervenants sont nord-américains, britanniques ou irlandais. Quelques-uns sont originaires de Scandinavie ou de Pologne. Aucun Breton n'est annoncé.

À chaque fois, le colloque donne lieu à la publication d'actes sous l'appellation des Proceedings of the Harvard Celtic Colloquium.

Pour en savoir plus : http://hcc.fas.harvard.edu/schedule.shtml