Yann Bijer priz Sten Kidna 2017-1

Yann Bijer est considéré à juste titre comme l'un des meilleurs écrivains en langue bretonne du temps présent : il a l'inspiration pour mener à son terme une intrigue originale et il a une écriture qui sait tirer parti de la connaissance intuitive qu'il a de la langue bretonne. Cette double qualité fait de lui un auteur lisible et abordable, y compris de ceux qui ne sont pas des experts en breton, et un auteur qui plaît.

Le roman "Bar Abba" primé pour la deuxième fois

Ce n'est donc pas une réelle surprise : le prix littéraire Sten Kidna-Pays d'Auray lui a été remis samedi 3 juin pour son dernier roman, "Bar Abba", paru aux éditions Al Liamm. C'est le second prix que reçoit l'écrivain bigouden pour ce roman historique, puisqu'il avait déjà été distingué en mars dernier à Lannion dans la catégorie "livres de fiction", à l'occasion de la 20e cérémonie des Priziou que décernait France 3 Bretagne avec le concours de l'Office public de la langue bretonne.

Yann Bijer collectionne les prix pour ses nouvelles et romans en breton, et ce depuis longtemps. Le prix Pierre Trépos de la meilleure nouvelle lui avait ainsi été attribué en 1977 par le jury de l'émission en langue bretonne de l'époque sur Radio-Armorique, "Liou an amzer" : il s'agissait de "Eoul-meñ an diaoul" [Le pétrole du diable], qui avait ensuite été publiée dans le premier numéro de la revue Brud Nevez.

Bien plus tard, dans les années 2000, j'ai édité ses premiers romans policiers sous les auspices d'Emgleo Breiz, par exemple "Teñzor dindan vor ar Priñs Frederik [Le trésor sous-marin du Prince Frédéric], qui lui valut d'obtenir un des Priziou en 2002, ou encore "Koñchennou ar goelan masklet" [Les aventures du goéland masqué], un livre accompagné d'un double CD pour en faciliter la lecture aux bretonnants peu habitués à lire en leur langue. Yann Bijer migre ensuite vers les éditions Al Liamm, qui publient "Torreben" en 2012, également primé lors des Priziou.

C'est à la médiathèque Athéna d'Auray que le prix Sten Kidna-Pays d'Auray lui a été remis.

Les organisateurs ont par ailleurs attribué un prix spécial à Jean-Claude Le Ruyet dont tous les Vannetais et les autres connaissent l'implication dans le domaine de la langue bretonne.

Photo ci-dessus de Gwen Rastoll/Le Télégramme. Remerciements à l'auteur et à Christian Le Meut pour l'envoi. Yann Biger est le 5e sur la photo, à partir de la gauche.