Myriam Coadou-1 Myriam Coadou-5 Myriam Coadou-3                

C'est la première exposition de Myriam Coadou. Elle s'était déjà fait connaître en 2014 lors de la parution aux éditions Emgleo Breiz de "Cocons / Klozennou", un petit recueil bilingue et sensible, tenant à la fois du poème et du témoignage, sur le thème de la maternité. Ses gravures douces et colorées illustraient le livre, dont les textes avaient été réunis par Katia Bodénès.

Emgleo Breiz l'avait à nouveau sollicitée en 2015 pour illustrer d'un regard neuf et de la vivacité de ses peintures l'anthologie de la poésie de Naig Rozmor, qui paraissait de surcroît pour la première fois en traduction française en regard de la version originale en breton. Depuis, ce livre est devenu collector.

Myriam Coadou, qui est professeure d'arts appliqués au lycée Vauban à Brest, propose ce mois d'août des peintures d'une belle variété à la mairie de Lampaul-Plouarzel : acryliques colorés contrastant avec les aquarelles et les encres de Chine. Elle dit se situer entre terre et mer, mais la paraît l'inspirer bien davantage : vagues, scènes de plage, surfeurs, oiseaux et poissons, le littoral… Si elle s'inspire de son vécu lampaulais, le traitement va au-delà.

Myriam Coadou-2  Myriam Coadou-4 

Elle présente dans cette exposition des tableaux aux couleurs vives, d'autres aux tons pastel, au choix. Sa belle-mère, elle-même aquarelliste, me disait qu'elle peint avec une grande aisance. Son ancien professeur, Michel Thépault, que je ne connaissais pas encore, est venu me saluer en breton, s'il vous plaît : il est fier du travail de son ancienne élève.

Myriam Coadou peut être rayonnante quand elle est en confiance, mais s'exprime avec une certaine réserve en public. Je me demande si sa peinture ne manque pas aussi d'un peu de hardiesse. Je ne suis pas expert en la matière, mais j'ai comme l'intuition qu'il lui faudrait faire des choix. Ceci étant, sa première exposition est une sympathique découverte.

  • Notez que l'artiste ne signe que de son prénom et de l'initiale de son patronyme. Ça fait classe.
  • À voir en mairie de Lampaul-Plouarzel jusqu'au 2 septembre 2017.